Le Tibet

Le Tibet (tibétain: བོད་, Wylie: bod, prononcé [p ʰ øʔ]; 西藏 chinois: pinyin: Xi Zang) est une région plateau en Asie et un territoire contesté au nord de l'Himalaya. 

Il est le foyer de la population autochtone tibétaine et de certains autres groupes ethniques tels que Monpas et Lhobas, le Tibet est aussi habité, de nos jours, par un nombre considérable de Chinois Han. Ce pays représente la plus haute région du monde, avec une altitude moyenne de 4.900 mètres d’où le nom qu’on lui donne parfois: « le toit du monde ».

Histoire du Tibet

Au cours de son histoire, le Tibet a existé comme une région de zones souveraines distinctes, une entité indépendante unique et comme étant une partie des dynasties chinoises qui se sont succédé. Le Tibet a été unifié sous le règne de Songtsen Gampo au 7ème siècle. À divers moments de l'année 1640 jusqu'aux années 1950, un gouvernement dirigé par le Dalaï-Lama et un ensemble de chefs spirituels ont eu le pouvoir sur une grande partie du TIbet. Durant presque toute cette période, l'administration tibétaine était subordonnée à l'empire chinois de la dynastie des Qing.

En 1913, le 13ème Dalaï Lama a expulsé les représentants et les groupes des Qing de ce qui est de nos jours la région autonome du Tibet. Alors que l'expulsion a été considérée comme une affirmation de l'autonomie du Tibet, l'indépendance proclamée du Tibet n'a pas été acceptée par le gouvernement de la Chine et le Tibet n'a pas bénéficié d'une reconnaissance diplomatique étrangère.

Suite à une bataille décisive à Chamdo en 1950, le parti communiste chinois a pris le contrôle de la région du Kham à l'ouest de la rivière Yangtsé. L'année suivante, le 14ème Dalaï Lama et son gouvernement ont signé l'accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet. 

En 1959, le Dalai Lama en collaboration avec un groupe de dirigeants et de partisans tibétains se sont enfuis vers l'Inde et ont mis en place le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala.

Pékin et le gouvernement en exil sont donc tombés en désaccord sur le Tibet qui était devenu une partie de la Chine même si l'incorporation dans la Chine du Tibet est légitime selon le droit international. Et étant donné que la question du Tibet suscite bien des débats, ni sa taille ni la population ne sont que de simples questions de fait, en raison de diverses entités revendiquant différents domaines dans la région du Tibet.

L'économie tibétaine

L'économie tibétaine est dominée par l'agriculture rudimentaire et en raison d’un manque de terres arables, la principale occupation du plateau tibétain est l'élevage, comme celui des moutons, des bovins, des chèvres, des chameaux, des yacks, des dzos, et des chevaux. Les principales cultures du pays sont l'orge, le blé, le sarrasin, le seigle, les pommes de terre et d’autres fruits et légumes. 

Le Tibet est classé au dernier rang parmi les 31 provinces de la Chine sur l'indice de développement humain selon les données des Nations Unies pour le développement. Et en raison de l’intérêt accru pour le Bouddhisme tibétain, le tourisme est devenu, ces dernières années, un secteur de plus en plus important, et est activement encouragé par les autorités.

Il apporte de grands bénéfices provenant de la vente d'objets artisanaux tels que les chapeaux tibétains, les bijoux en or et en argent, les objets en bois, les vêtements, les couvertures, les tissus et les tapis tibétains. 

Le gouvernement central exonère le Tibet de tous impôts et fournit 90% des dépenses du gouvernement du Tibet.

Le bouddhisme tibétain

La religion est extrêmement importante pour les Tibétains et a une forte influence sur tous les aspects de la vie. Bon est l'ancienne religion du Tibet, mais a été presque évincée par le Bouddhisme tibétain qui une forme distinctive de Vajrayana introduite au Tibet par Padmasambhava. 

Le Bouddhisme tibétain est pratiqué au Tibet mais également en Mongolie, dans certaines régions du nord de l'Inde, dans les Républiques de Bouriatie, de Touva, de Kalmoukie et dans certaines autres régions de la Chine voisines du Tibet. Pendant la Révolution culturelle en Chine, presque tous les monastères du Tibet ont été saccagés et détruits par les gardes rouges. 

Quelques monastères ont été rebâtis depuis le début des années 80 (avec un soutien limité de la part du gouvernement chinois) et une plus grande liberté religieuse a été accordé bien qu’elle soit encore limitée. Les moines sont retournés aux monastères au Tibet et l'éducation monastique a repris, même si le nombre de moines imposés demeure strictement limité.

Les quatre grandes traditions du bouddhisme tibétain

Le Bouddhisme tibétain a quatre grandes traditions:

- Gelug (PA) ou chemin de la vertu également parfois connu sous le nom de Chapeau Jaune, dont le chef spirituel est le Tripa Ganden et dont le chef temporel est le Dalaï Lama.

Plusieurs Dalai Lamas ont successivement dirigé le Tibet à partir du milieu du 17ème siècle jusqu’au milieu du 20ème siècle. Cet ordre a été fondé au 14ème et au 15ème siècles par Djé Tsongkhapa et été basé sur les fondements de la tradition kadampa. Tsongkhapa a été renommé pour sa scolastique et sa vertu. Le Dalaï-Lama appartient à l'école Gelugpa, et il est considéré comme l'incarnation du Bodhisattva de la Compassion.

- Kagyu (PA) est une lignée orale, celle-ci contient une sous-secte majeure et une autre mineure. La première, le Dagpo Kagyu, englobe ces écoles Kagyu qui remontent à Gampopa. À son tour, le Dagpo Kagyu se compose de quatre principales sous-sectes: le Karma Kagyu, dirigée par un Karmapa, le Kagyu Tsalpa, le Barom Kagyu, et le Pagtru Kagyu. 

La secte obscure de l’école Shangpa Kagyu, qui a été représentée par le célèbre maitre du 20ème siècle Kalu Rinpoche, remonte à son maître indien Nigouma, sœur de Naropa maitre de la lignée Kagyu. Il s'agit d'une tradition orale qui s'intéresse particulièrement à la dimension expérientielle de la méditation. Son représentant le plus célèbre était Milarépa: un mystique du onzième siècle.

- Nyingma (PA), la secte antique qui est la plus ancienne et représente l’ordre initial, elle a été fondée par Padmasambhava.

- Sakya (PA), la Terre Grise, dirigée par le Trizin Sakya et fondé par Khon Konchog Gyalpo, un disciple du grand traducteur Drokmi Lotsawa. 

Sakya Pandita (1182-1251) était le petit fils de Khon Konchog Gyalpo. Cette école met l'accent sur l'érudition.