Le Bouddhisme en Chine

Plusieurs écoles de Bouddhisme

Le Bouddhisme chinois (en chinois simplifié: 汉 传 佛教; en chinois traditionnel: 汉 传 佛教, pinyin: Hànchuán Fójiào) désigne les différentes écoles du Bouddhisme qui ont fleuri en Chine depuis l’antiquité.

Plusieurs de ces écoles ont intégré les idées du confucianisme, du taoïsme et des autres systèmes philosophiques autochtones afin que ce qui était initialement une religion étrangère (le bouddhadharma) deviennent une partie naturelle de la civilisation chinoise, mais ayant un caractère unique. 

Une religion qui a influencé la culture chinoise

Cette religion a joué un rôle considérable dans le façonnement de la mentalité du peuple chinois influençant l’esthétique, la politique, la littérature, la philosophie et la médecine chinoises. 

A l’apogée du rayonnement de la dynastie des Tang, le Bouddhisme chinois a formé de nombreux maîtres spirituels. Et selon les historiens européens, le grand empereur de Mauryan Ashoka a envoyé, vers l’an 265 avant notre ère, un moine royal Massim Sthavira au Népal, au Bhoutan et en Chine pour répandre le Bouddhisme.

Les marchands d'Asie centrale et les commerçants arrivant dans le Jiangsu par voie maritime, ont d'abord introduit le Bouddhisme en Chine et bien que la date exacte soit inconnue, la première référence écrite sur le Bouddhisme est parue en l'an 65 montrant une communauté composée de moines et de laïcs sous l’aile d'un frère de l'empereur.

En outre, de récents rapports dans les journaux chinois soutiennent que le Bouddhisme était déjà établi en Chine durant le règne du premier empereur Qin Shi Huang, qui aurait supprimé le Bouddhisme de la même manière qu'il aurait supprimé toutes les autres philosophies chinoises. Son règne a duré de l’an 246 jusqu’à l’an 221 avant notre ère. 

Le chercheur érudit Han Wei de l'Institut provincial d'archéologie du Shaanxi, a toutefois trouvé des preuves dans les archives historiques qui auraient été écrites en l’an 104 avant JC. L’archéologue de la route de la soie WANG Jianxin a conforté la recherche de Han Wei en affirmant qu’elle était raisonnable.

Au 8ème siècle la peinture murale chinoise à Dunhuang retraçait un empereur Wu des Han (156-87 avant J.-C.) vénérant les statues d’hommes en apportées en l’an 120 avant J-C par le grand général Han durant ses campagnes contre les nomades. Toutefois, il n'existe pas une telle mention de l'empereur Wu des Han vénérant le Bouddha dans la littérature historique chinoise.

Le Weilüe raconte une tradition (incertaine) qu’un envoyé du roi Yuezhi aurait donné en l’an 2 avant JC des enseignements oraux à un étudiant sur les soutras bouddhiques. 

Les grands statues de Bouddha en Chine

En Chine, le Bouddhisme est tacitement soutenu par le gouvernement. La Chine appartient aux pays qui possèdent la plupart des statues de bouddha les plus élevées au monde.

La statue de Guanyin à Hainan qui mesure 108 mètres de hauteur qui est à la fois la statue la plus élevée au monde, a été consacrée le 24 avril 2005, avec la participation de 108 moines éminents de différents groupes bouddhistes à Taiwan, Hong Kong, Macao et la Chine continentale et dont aussi des moines de l’école Theravada et celle du Vajrayana et enfin des dizaines de milliers de pèlerins.

Position du gouvernement par rapport au Bouddhisme

En avril 2006, la Chine a organisé le forum mondial sur le Bouddhisme et en Mars 2007, le gouvernement a interdit l'exploitation minière sur les montagnes sacrées du Bouddhisme. 

En Mai de la même année, à Changzhou, la plus haute pagode au monde a été construite et ouverte en mars 2008 tout comme on a consenti à la fondation bouddhiste Tzu Chi à Taiwan d’avoir une succursale en Chine continentale.

Les principales écoles du bouddhisme en Chine

Le Bouddhisme Theravada et le Bouddhisme Vajrayana existent principalement parmi les minorités ethniques dans le sud-ouest et le nord de la Chine. 

L’écriture centrale de l’école de la Terre Pure du Bouddhisme, le Sūtra Amitabha a d'abord été introduit en Chine par un Shigao vers l’an 147 cependant, l'école n'est devenue populaire que plus tard.

Le Sūtra de l’Estrade est le plus important pour le Bouddhisme Chan, il est considéré comme la seule écriture réalisée par un Chinois de souche: Han, cette écriture est en outre appelée sutra.

Jours et fêtes du bouddhisme en Chine

En Chine, les jours saints sont célébrés par les bouddhistes en visitant les temples pour faire des offrandes de prières, de l'encens, des fruits, des fleurs et des dons.

Durant ces jours, ils observent rigoureusement les préceptes de la morale et se soumettent à une pratique originaire de leur pays et qui consiste à s’astreindre, le temps d’une journée, à un régime alimentaire végétarien. Ces dates indiquées sont basées sur le système lunaire chinois afin que 1,1 signifie le premier jour de la première lune.

8.12 – Fête des Lumières du Bouddha Sakyamuni
1.1 - Fête de la naissance du Bouddha Maitreya
9.1 - Fête de la naissance de Sakra, le Roi Deva
8.2 - La fête de la renonciation du Bouddha Sakyamuni
15,2 - Mahaparinirvana Journée du Bouddha Sakyamuni
19,2 - Fête de la naissance du bodhisattva Avalokitesvara (Guan Yin)
21,2 - Fête de la naissance du bodhisattva Samantabhadra
4.4 - Fête de la naissance du Bodhisattva Manjusri
8.4 - Fête de la naissance du Bouddha Sakyamuni
15,4 – La fête de Vesak
3.6 Fête de la naissance de Skanda (Wei Tuo)
10,6 – Fête de la naissance de Padmasambhava (Guru Rinpoche)
19,6 – Fête des Lumières du bodhisattva Avalokitesvara
13,7 – Fête de la naissance du Bodhisattva Mahasthamaprapta
15,7 - Festival des fantômes
30,7 - Fête de la naissance du Bodhisattva Ksitigarbha
22,8 - Fête de la naissance du Bouddha Dīpaṃkara (un Bouddha ancien)
19,9 – Fête de la renonciation de bodhisattva Avalokitesvara
30,9 - Fête de la naissance du Bouddha Bhaisajyaguru (Bouddha de la Médecine)
5.10 - - Fête de la mort du Bodhidharma
17.11 - Fête de la naissance du Bouddha Amitabha